"Nouveau millénaire, Défis libertaires"
Licence
"GNU / FDL"
attribution
pas de modification
pas d'usage commercial
Copyleft 2001 /2014

Moteur de recherche
interne avec Google
Quand l'Afrique viendra nous civiliser
entretien avec Serge latouche

Origine : http://www.lalignedhorizon.org/html/textes/sl/entretiencharliehebdo2000.htm

Paru dans Charlie hebdo-mercredi 21 juin 2000

"L'économie africaine n'est pas fondée sur une logique marchande mais sur le lien social"

Serge Latouche est professeur d'économie. Spécialiste de l'Afrique, il tente de comprendre comment un continent qui aurait dû être détruit par la guerre économique mondiale parvient malgré tout à s'en sortir. Dans son dernier livre1, il raconte une Afrique sans coups d'état, sans guerre civile, où les gens réinventent en permanence l'économie sociale. Une Afrique qui pourrait nous apprendre à nous en sortir, nous aussi, quand le marché nous aura explosé au nez.

Charlie Hebdo: Les Africains seraient-ils plus heureux qu'on ne le croit?

Serge Latouche: Si l'on se fie aux rapports de la Banque mondiale, c'est fluctuant : une année l'Afrique est au fond de la misère, l'année suivante ça décolle, après ça retombe dans la misère... C'est normal, la Banque mondiale essaye d'avoir une vision vaguement optimiste, ne serait-ce que pour montrer que ses plans d'ajustement structurels donnent des résultats. Mais, de temps en temps, il lui faut quand même se réajuster sur la réalité. Et la réalité est catastrophique, puisque les indices économiques de l'Afrique sont dérisoires. Aujourd'hui, elle représente un peu plus de 1% du PNB mondial, Afrique du Sud comprise. Autrement dit, rien. Alors, comment peut-on vivre avec rien ? C'est un paradoxe, pour un économiste.

Donc, il y a un truc ?

Oui. l'Afrique vit hors économie, essentiellement par la débrouille. Et cette débrouille fonctionne en grande partie sur une logique non marchande, du don, de la réciprocité. J'ai tenté, sur une banlieue de Dakar, de mesurer les résultats de ce système en faisant une évaluation économique « à l'occidentale » : ça multiplie le niveau de vie de trois à cinq fois. Comme on part de très bas, ce n'est pas la prospérité, mais ça explique pourquoi on voit des gens qui font la fête, des enfants souriants. Et qui ne sont pas tous faméliques...

Mais les famines, les guerres civiles, c'est une réalité.

C'est vrai, mais l'Afrique n'en a pas le monopole. Si l'on veut faire des statistiques macabres, compte tenu de la taille du continent, le nombre de massacres n'y est pas tellement supérieur à la moyenne mondiale. Ce qui est supérieur à la moyenne mondiale, c'est l'image qui est donnée de l'Afrique. Elle n'est vue que comme le lieu de la corruption, des guerres civiles, des génocides, des coups d'État militaires. Les rapports de la Banque mondiale épinglent toujours la corruption des chefs d'État africains. Mais la corruption, c'est la chose au monde la mieux partagée. On voit l'Afrique à travers une grille de lecture fortement ethnocentrique. D'ailleurs, si, au lieu de lire les économistes, on lit les anthropologues, on a une vision totalement différente.

« La famille,c'est en moyenne trois cent personnes »

Existe-t-il un " système économique " africain ?

Il y a une société africaine, dans laquelle il y a ce que nous, nous considérons comme de l'économie. Et, bien évidemment, elle est atypique, puisque la production de biens et de services est totalement insérée dans la vie sociale. Les gens ne font pas la séparation entre ce qui serait social et ce qui serait économique. Dans les banlieues africaines, où les activités salariées sont quasiment inexistantes, les gens se livrent à toutes sortes de trafics, d'échanges, de cadeaux, de contre-dons. On trouve des individus qui ont une façade officielle, qui s'intitulent par exemple menuisier-parce qu'ils ont eu une formation plus ou moins professionnelle en la matière mais qui feront tout autre chose que de la menuiserie. D'où certains malentendus lorsque des experts bien intentionnés viennent leur dire que, pour développer leur production, améliorer leur chiffre d'affaires, ils doivent rationaliser leur activité... Évidemment, ça ne marche pas, puisqu'en fait ces menuisiers n'en sont pas vraiment. Et c'est un peu la même chose pour tout.

Notre logique économique est donc à côté de la plaque?

Complètement. On a implanté en Afrique des entreprises modernes : la plupart ont fait faillite, faute de clients. Comme Bata, à Dakar, par exemple. Ça ne veut pas dire que les Sénégalais ne portent pas de chaussures, mais il y a des centaines de petits artisans qui, avec des pneus de récupération, font des chaussures faut à fait fonctionnelles à des prix défiant toute concurrence. De la même façon, les transports publics, quand ils fonctionnaient, fonctionnaient à perte. Alors, bien évidemment, la Banque mondiale a dit : "ce n'est pas rentable, il faut les privatiser". Et comme ça n'intéresse personne d'acheter une ligne de bus, il n'y a plus de transports publics. Mais il y a des camions bringuebalants, peinturlurés, dans lesquels, pour quelques centimes, on peut faire 10 ou 15 km. La logique économique occidentale a échoué, mais les besoins fondamentaux de la population sont assurés par l'économie de la débrouille. Et cette économie peut fonctionner là où la nôtre ne fonctionne pas, précisément parce qu'elle repose sur des réseaux sociaux Ça se passe en quelque sorte en famille, dans une société où la famille, c'est en moyenne trois cents personnes.

Mais les Africains n'ont-ils pas envie d'avoir des grosses bagnoles, des magnétoscopes, des portables ?

Bien sûr que si, ils en ont envie. On est malgré tout dans le village mondial, avec des images qui circulent, la publicité, et les désirs qui vont avec. Et même si l'Afrique ne peut plus matériellement représenter un marché important pour le reste du monde, il n'empêche que les multinationales ne dédaignent pas ce marché, si minime soit-il. C'est ainsi que depuis quelques années, alors qu'on a pris des mesures draconiennes, en particulier aux États-Unis, contre les trusts de fabricants de cigarettes, ces mêmes trusts ont multilié par 10 leurs ventes en Afrique . Et évidemment, aucune loi pour défendre le consommateur. Les sollicitations pour les produits pour lesquels on peut encore trouver un marché - cigarettes, alcool et, pour une petite clientèle, les voitures, les télés - sont énormes. Mais les gens qui n'en ont pas n'en souffrent pas. En tout cas, ils en souffrent beaucoup moins, me semble-t-il, que dans d'autres régions du monde.

" L'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature"

Dans nos banlieues, par exemple ?

Oui. Ou dans les banlieues des villes latino-américaines, où la solitude est beaucoup plus forte, où la perte du sens de la collectivité est plus grande et où, par conséquent, la nécessité de produits de consommation se fait bien plus sentir. En Afrique, on n'est jamais seul. Chaque fois que je vais dans une maison africaine, je vois toujours vingt ou trente personnes agglutinées devant un poste de télé. Et même si chaque Africain avait son téléviseur, ce qui est peu pensable, ils continueraient à se mettre à vingt ou trente autour. Parce que, regarder la télé, ce n'est pas le rapport d'un individu face à une image, c'est un cérémonial collectif. De la même façon, si chaque Africain avait son automobile, on s'entasserait quand même à sept ou huit dedans.

Est-ce qu'on peut dire quand même que l'Afrique est occidentalisée ?

Oui, largement, tout en restant très africaine. Aujourd'hui, l'occidentalisation s'appelle mondialisation. Au siècle dernier, on ouvrait le marché avec des canonnières, aujourd'hui, plus besoin de canons, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale se chargent d'ouvrir au forceps les économies réticentes. En fait, l'occidentalisation de l'Afrique, ça veut dire d'abord la plonger dans la guerre économique mondiale. Et elle n'est pas armée pour se défendre. Une des récentes décisions de l'Union européenne, comme vous le savez, a été de décréter que le chocolat est un produit dans lequel il n'y a pas de graisse de cacao. Ce qui a pour effet de plonger l'économie de la Côte d'Ivoire, ou du Ghana, dans une situation encore plus dramatique. La conséquence, c'est que certains planteurs ont décidé d'arracher leur cacao et de planter du haschich. Il y a un bel avenir pour l'Afrique dans l'économie mondiale, mais dans l'économie occulte et criminelle. D'ailleurs, certains pays, comme la Somalie, se sont déjà lancés dans cette voie, avec l'industrie de l'enlèvement, la réception de produits à haute toxicité, la drogue, etc.

Imaginons que notre système économique s'effondre. Le " modèle " africain peut-il apporter une solution ?

Oui. D'abord aux Africains, puisqu'il a fait ses preuves sur place. Il a démontré que l'Afrique était capable de survivre, même en étant économiquement détruite et inexistante. Cette expérience peut servir à d'autres sociétés qui seraient dans une situation dramatique comparable. Les sociétés africaines, malgré toutes les destructions qu'elles subissent, ont toujours tendance à se reconstituer sur le primat du social, en partant du principe quel'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature, à laquelle il doit arracher ses marchandises, mais que la production de nourriture, de biens, est d'abord un problème collectif. Et non le problème d'un Robinson Crusoé abandonné tout seul sur une île,comme le prêche le capitalisme. Ça ne veut pas dire que si, demain, notre système s'effondre, nous soyons capables d'appliquer la solution africaine. Car, pour le coup c'est nous qui sommes beaucoup moins armés: il nous faudrait réinventer, retrouver le lien social et, au sein de ce lien social, produire les biens et les services dont nous aurions besoin. Peut-être serions-nous obligés de faire appel à des experts africains. Ça changerait...

"Il y a une leçon à tirer de l'Afrique"

En gros, c'est : le jour où les Africains viendront nous civiliser...

En quelque sorte. J'imagine tout à fait des éleveurs massaï venant nous expliquer que la beauté des bêtes, c'est beaucoup plus important que d'en faire des usines à lait. L'Afrique, dans la logique de la globalisation, aurait dû être rayée de la carte. Malgré tout, elle survit. A partir de là, il y a une leçon à tirer. Cela ne veut pas dire que c'est un modèle de vie ou de société, il n'y a pas que des choses formidables dans la culture africaine, et la soif de pouvoir existe chez tous les humains. Simplement, dans une situation de crise, il y a peut-être, de la part de ceux que nous avons situés au plus bas dans l'échelle du mépris, quelque chose à entendre.

Propos recueillis par Gérard Biard


1- L'Autre Afrique, entre don et marché (Albin Michel).


Fred Perry Kingston Twill B6259102 Baskets Mode Homme EU 41 TGJesyxDc

SKU-61956-bhk856
Fred Perry Kingston Twill B6259102, Baskets Mode Homme - EU 41
Fred Perry Kingston Twill B6259102, Baskets Mode Homme - EU 41

Le Tigre

Le Tigre est une troupe d'improvisation grenobloise. Elle existe depuis 2010 et est résidente à la salle de spectacle de l'Espace Schoelcher à Seyssins (90 places). Comptant 15 membres-comédiens, le Tigre se produit une vingtaine de fois par saison dans l'agglomération grenobloise (en Isère et aussi en France).

Nos prochains spectacles

Partenaires

Fred Perry Kingston Twill B6259102 Baskets Mode Homme EU 41 TGJesyxDc

SKU-61956-bhk856
Fred Perry Kingston Twill B6259102, Baskets Mode Homme - EU 41
Fred Perry Kingston Twill B6259102, Baskets Mode Homme - EU 41
Distributeur spécialisé au service des éditeurs spécialisés
Menu

Pour le visiteur, les routes non goudronnées susceptibles d'être utilisées sont la route conduisant à Semonkong (accessible aux seuls 4x4 la majeure partie de l'année, bien que certains au volant de véhicules de location 2x4 l'empruntent en toutes saisons) et les vingt derniers kilomètres avant d'arriver à Malealea. La route est-ouest vers Thaba Tseka n'est pas goudronnée et dans un état ​​lamentable, il est toujours plus rapide de prendre l'A1 pour se rendre à Katse , Thaba Tseka et au col de Sani.

Dans les villes, certaines rues secondaires ne sont pas goudronnées, mais sont assez facilement praticables en berline. La nuit, il n'est pas conseillé de s'arrêter aux carrefours ou feux de circulation.

Avant de se rendre dans les montagnes, la voiture doit être vérifiée complètement (plein d'huile, pneu de secours gonflé, etc.). Il y a quelques montées abruptes qui exigent de se placer en seconde, voire en première. Il ne faut pas tenter de se rendre à Qacha's Nek avec 5 personnes entassées dans une CitiGolf 1,3 litre de location!

En cas de doute, il est prudent de se renseigner, auprès des autochtones, sur l'état de la route, surtout pendant l'hiver.

Enfin, l'essence peut être un problème. Il est préférable de remplir le réservoir à Maseru ou en Afrique du Sud . En dehors de Maseru , l'essence sans plomb peut être très difficile à trouver, et il peut même y avoir des pénuries d'essence et de gazole.

Les risques sont nombreux sur la route. Le plus dangereux: les ralentisseurs, extrêmement hauts, à n'aborder qu'au pas, qui ne sont généralement pas signalés. Les piétons sont également nombreux sur les chaussées. Les minibus ont la désagréable habitude de s'arrêter sans prévenir, n'importe où, et de préférence dans un virage ou une côte sans visibilité. Il faut être très attentif lorsqu'on suit un de ces véhicules.

Il est possible de louer une voiture, à l'hôtel Sun, à Maseru , ou à l'aéroport. Pour une voiture louée en Afrique du Sud (ce qui est probablement moins cher qu'au Lesotho), il faut être sûr d'avoir la permission de conduire la voiture au Lesotho (l'assurance de la voiture de location peut ne pas couvrir le Lesotho). De nombreuses agences de location sont installées à l'aéroport international Oliver Tambo de Johannesburg.

Un 4x4 n'est pas nécessaire, pour voir les principaux sites touristiques du Lesotho, mais la route de Semonkong est plus facile à parcourir en véhicule tout-terrain. Si on souhaite se rendre dans les montagnes, sur des routes non goudronnées (par exemple, à la mine de diamants de Kao), un 4x4 est nécessaire, de même que pour aller à Thaba Tseka ou franchir le col de Sani.

Le Chaussures Salomon Speedcross Vario 2 mTKsaUJ5Qa
et l' Chaussures Nike SB Collection Stefan Janoski 36 noires Casual unisexe JyTXtc9
sont les langues officielles.

Dans les conditions normales de température et de pression ( TPN ), le produit ionique de l’eau ([H + ][HO - ]) vaut 1,0116 ×10 -14 , d’où p K e = 13,995 . On peut également définir le pOH (-log a HO - ), de sorte que pH + pOH = p K e .

Le pH doit être redéfini – à partir de l’ équation de Nernst – en cas de changement de conditions de température, de pression ou de solvant.

Le produit ionique de l’eau ([H + ][HO - ]) varie avec la pression et la température: sous 1013 hPa et à 298 K ( TPN ), le produit ionique vaut 1,0116 ×10 -14 , d’où p K e = 13,995; sous 10 10 Pa et à 799,85 °C , p K e n’est que de 7,68: le pH d’une eau neutre est alors de 3,84! Sous une atmosphère de 1013 hPa (pression de vapeur d’eau saturante), on a:

Par conséquent, le pOH varie de la même façon et pour la même raison: la plus grande fragmentation de l'eau en proton H + (en réalité ion hydronium H 3 O + ) et en OH - . Dire que l'eau devient «plus acide» est donc assurément vrai, mais il est non moins vrai qu'elle devient en même temps et pour des raisons de parité «plus basique». Néanmoins le résultat est bien qu'elle devient plus corrosive, problème étudié avec soin pour les échangeurs de centrales thermiques Chaussures à fermeture éclair roses Fashion femme dWxZdt7
.

Le produit ionique de l’eau varie selon l’équation suivante [ 14 ] :

dans laquelle K e * = K e /(mol⋅kg −1 ) et d e * = d e /(g⋅cm −3 ).

Domaine d'application de la formule: T compris entre 0 et 1000 °C , P compris entre 1 et 10000 bars abs.

Une autre formulation pour le calcul du p K e est celle de l'IAPWS [ 15 ]

Dans d’autres solvants que l’eau, le pH n’est pas fonction de la dissociation de l’eau. Par exemple, le pH de neutralité de l’ acétonitrile est de 27 ( TPN ) et non de 7,0.

Le pH est défini en solution non aqueuse par rapport à la concentration en protons solvatés et non pas par rapport à la concentration en protons non dissociés. En effet, dans certains solvants peu solvatants, le pH d’un acide fort et concentré n’est pas nécessairement faible. D’autre part, selon les propriétés du solvant, l’échelle de pH se trouve décalée par rapport à l’eau. Ainsi, dans l’eau, l’acide sulfurique est un acide fort, tandis que dans l’ Chaussures de Randonnée Hautes Homme Regatta Samaris Mid Chaussures de Randonnée Hautes Homme Bleu Oxfdbl/Briar 2Ff 46 EU 46 EU Bleu (Oxfdbl/Briar 2Ff) Regatta Samaris Mid 6iIRh9jAiY
, c’est un acide faible. Travailler en milieu non aqueux rend le calcul du pH très compliqué.

Faire un don

Académie pontificale des sciences sociales © L'Osservatore Romano

Une éthique amie de l’homme (Traduction intégrale)

octobre 20, 2017 15:48 Hélène Ginabat Pape François

«Nous devons tendre à «civiliser le marché», dans la perspective d’une éthique amie de l’homme et de son environnement, affirme le pape François.

Le pape François a reçu en audience les participants à la rencontre organisée par l’Académie pontificale des sciences sociales, ce vendredi 20 octobre 2017, dans la Salle Clémentine du Palais apostolique.

Le pape invite à «se mettre au service du développement humain intégral»: il s’agit d’aller « au-delà du modèle d’ordre social qui prévaut aujourd’hui, en le transformant de l’intérieur».

Il faut aussi «repenser la figure et le rôle de l’État-nation dans un contexte nouveau», poursuit le pape. «L’État ne peut se concevoir comme le titulaire unique et exclusif du bien commun, sans permettre aux corps intermédiaires de la société civile d’exprimer, en liberté, tout leur potentiel».

Voici notre traduction du discours que le pape a prononcé en italien.

HG

Discours du pape François

Mesdames et Messieurs,

Je salue cordialement les membres de l’Académie pontificale des sciences sociales et les personnalités qui participent à ces journées d’étude, ainsi que les institutions qui soutiennent cette initiative. Elle attire l’attention sur une exigence de grande actualité, qui consiste à élaborer de nouveaux modèles de coopération entre le marché, l’État et la société civile, en rapport avec les défis de notre temps. En cette occasion, je voudrais m’arrêter brièvement sur deux causes spécifiques qui alimentent l’exclusion et les périphéries existentielles. La première est l’augmentation endémique et systémique des inégalités et de l’exploitation de la planète qui est supérieure à l’augmentation des revenus et de la richesse. Et pourtant, l’inégalité et l’exploitation ne sont pas une fatalité ni une constante historique. Ce n’est pas une fatalité parce qu’elles dépendent aussi, au-delà des différents comportements individuels, des règles économiques qu’une société décide de se donner. Que l’on pense à la production de l’énergie, au marché du travail, au système bancaire, aux allocations, au système fiscal, au secteur scolaire. Selon la manière dont ces secteurs sont conçus, ils ont des conséquences différentes sur la manière dont le revenu et la richesse se répartissent entre ceux qui ont concouru à les produire. Si c’est le profit qui prévaut en tant que fin, la démocratie a tendance à devenir une ploutocratie où croissent les inégalités ainsi que l’exploitation de la planète. Je le répète: ce n’est pas une nécessité; on trouve des périodes où, dans certains pays, les inégalités diminuent et l’environnement est mieux protégé.

L’autre cause d’exclusion est le travail non digne de la personne humaine. Hier, à l’époque de Rerum novarum (1891), on réclamait le «salaire qui convient» pour l’ouvrier. Aujourd’hui, au-delà de cette sacro-sainte exigence, nous nous demandons aussi pourquoi on n’a pas encore réussi à traduire dans la pratique ce qui est écrit dans la Constitution Gaudium et spes: «Il importe donc d’adapter tout le processus du travail productif aux besoins de la personne et aux modalités de son existence» (n.67) et – pouvons-nous ajouter avec l’encyclique Laudato si’ – dans le respect de la création, notre maison commune.

La création d’un nouveau travail a besoin, surtout en ce temps, de personnes ouvertes et entreprenantes, de relations fraternelles, de recherche et d’investissements dans le développement d’énergie propre pour résoudre les défis du changement climatique. Ceci est, aujourd’hui, concrètement possible. Il faut s’affranchir des pressions des lobbies publics et privés qui défendent des intérêts sectoriels; et il faut aussi surmonter les formes de paresse spirituelle. Il faut que l’action politique soit vraiment mise au service de la personne humaine, du bien commun et du respect de la nature.

Le défi à relever est alors de s’employer courageusement pour aller au-delà du modèle d’ordre social qui prévaut aujourd’hui, en le transformant de l’intérieur. Nous devons demander au marché non seulement d’être efficace dans la production de richesse et pour assurer une croissance durable, mais aussi de se mettre au service du développement humain intégral. Nous ne pouvons pas sacrifier sur l’autel de l’efficacité – le «veau d’or» de notre temps – des valeurs fondamentales comme la démocratie, la justice, la liberté, la famille et la création. En substance, nous devons tendre à «civiliser le marché», dans la perspective d’une éthique amie de l’homme et de son environnement.

Un discours analogue consiste à repenser la figure et le rôle de l’État-nation dans un contexte nouveau comme celui de la mondialisation, qui a profondément modifié le précédent ordre international. L’État ne peut se concevoir comme le titulaire unique et exclusif du bien commun, sans permettre aux corps intermédiaires de la société civile d’exprimer, en liberté, tout leur potentiel. Ce serait une violation du principe de subsidiarité qui, associé à celui de solidarité, constitue un pilier porteur de la doctrine sociale de l’Église. Ici, le défi est de savoir comment raccorder les droits individuels au bien commun.

En ce sens, le rôle spécifique de la société civile est comparable àcelui que Charles Péguy a attribué à la vertu de l’espérance: comme une petite sœur se tient au milieu des deux autres vertus – foi et charité – en les tenant par la main et en les tirant en avant. Il me semble que la position de la société civile est la même: «tirer» en avant l’État et le marché afin qu’ils repensent leur raison d’être et leur façon d’agir.

Chers amis, je vous remercie pour votre attention à ces réflexions. J’invoque la bénédiction du Seigneur sur vous, sur vos proches et sur votre travail.

© Traduction de Zenit, Hélène Ginabat

u n = 1 + 1 n + 1 n 2 + 2 n 3 + o ( 1 n 3 ) {\displaystyle u_{n}=1+{\frac {1}{n}}+{\frac {1}{n^{2}}}+{\frac {2}{n^{3}}}+o\left({\frac {1}{n^{3}}}\right)} .

En continuant, on peut trouver ainsi le développement de u n à n’importe quel ordre.

Nous allons maintenant étudier quelques théorèmes utiles dans la recherche d’équivalents d’une suite définie par récurrence. Nous commencerons par le théorème de Cesàro qui nous sera utile pour démontrer les autres théorèmes qui viendront par la suite.

Début d’un théorème
Théorème de Cesàro
Wikipédia possède un article à propos de « ».

Soient ( u n ) n N {\displaystyle (u_{n})_{n\in \mathbb {N} ^{*}}} une suite réelle et ( s n ) n N {\displaystyle (s_{n})_{n\in \mathbb {N} ^{*}}} la suite de ses moyennes de Converse All Star High Street Hi chaussures raw sugar/black viOoYlp
, définies par

Le Tigre

Le Tigre est une troupe d'improvisation grenobloise. Elle existe depuis 2010 et est résidente à la salle de spectacle de l'Espace Schoelcher à Seyssins (90 places). Comptant 15 membres-comédiens, le Tigre se produit une vingtaine de fois par saison dans l'agglomération grenobloise (en Isère et aussi en France).

Nos prochains spectacles

Partenaires